Tournoi de Berlin : B.U.M 2013

B.U.M. 18-20 Mai 2013

IMG_5637

Les Chupa se sont retrouvées à Berlin pour leur troisième et dernier tournoi de préparation avant les championnats d’Europe sur sable. Il s’agissait donc du Berlin Ultimate Mitte, aka BUM. Trois jours sur une plage artificielle, 4 terrains de beach ultimate, 14 equipes féminines, reparties en deux poules de 7, dont 6 équipes nationales : France, Finlande, Danemark, Pologne, Autriche et l’équipe master Allemande.

Au programme, 6 matchs de poule, puis un match de croisement, puis un dernier match de placement.

Objectif : l’objectif définit par François était de jouer une demi-finale. Ce n’est pas parce qu’on est une équipe nationale qu’on a un statut attribué dès le départ. C’est à nous de le créer et de montrer à nos adversaires, se prouver à nous même ce que l’on vaut. Demi-finale… Bidine en est à son 4éme tournoi en 4 semaines, dont 3 finales… certes, on veut une demi-finale, une finale serait la cerise sur le gâteau.

Samedi, premier match a 12 h contre Gentle Ladies. Un premier match facile, histoire de se remettre en jambes et retrouver les automatismes sur sable, les connections entre les joueuses. Victoire 16-5.

Second match plus tard en fin d’après-midi, contre une équipe danoise, KFK… (aka, KFC…). Un match très facile, mais les Chupa ne tombent pas dans le piège de la facilité : elles montrent leur plus beau jeu aussi bien en attaque qu’en défense. Certes il y a très peu d’opposition en face, mais les phases de jeu sont appliquées, et les erreurs peu nombreuses. Combien de fois François a-t-il du sortir son carnet pour noter les mauvaises passes, les drops ?? (réponse dans le carnet). Score final 17-2. C’est un match où on s’est prouvé à nous même que nous étions capables de très bien jouer, et ça a sans doute donné confiance à certaines joueuses : aussi bien confiance en elles-mêmes que confiance dans l’équipe.

Troisième et dernier match du samedi contre l’Autriche à 20h. C’est tard, mais on joue sur le premier terrain et on a un peu de public (c’est un peu comme l’arena a Paga, mais en 15 fois moins grand). Les autrichiennes sont certainement avides de prendre leur revanche : elles avaient perdu d’un point lors d’un match à Paganello, un match qui n’avait pas était des plus fair-play. Fortes de notre match précédent, on entame le match calmement et sereinement. Très vite notre jeu propre et appliqué prend le dessus. Score final : 13-7. C’est donc un 2-0 pour la France face à l’Autriche.

A peine 10 heures après avoir quitté les terrains, on se retrouve a s’échauffer pour le premier match du matin, et pas des moindre : le Danemark. Un match très accroché : les chupa commencent par mener de deux points, puis les Danoises se réveillent et haussent leur niveau. Elles sont très très présentes en défense, et sont même très limites sur la porteuse du disque. Elles mènent 9-7 vers la fin du match (ou à la fin du temps ?). Cap à 10. Mais on ne se laisse pas démonter. Avec un jeu appliqué, une défense très présente, une pression sur les adversaires, on recolle au score (sur un hammer de la derniere chance, catche par les mains en or de Bidine). C’est donc un match de plus qui va se finir par un universe point. Les chupa en ont vu des universe points lors des deux dernières années et peu se sont concrétisés par des victoires. Mais les Chupa sont sereines sur le terrain, les danoises perdent le disque, et les Chupa marquent le point de la victoire.

L’équipe a fait preuve de force mentale et a cru en elle. C’est un match qui marque un tournant dans l’histoire des Chupa et qu’il faut garder en mémoire : si on l’a fait une fois, c’est qu’on peut le refaire un milliard de fois !

Apres le danemark, les Belge de l’équipe LUV. Beaucoup de joueuses inexpérimentées dans leur équipe, ce qui se traduit par un 12-3.

Toisieme et dernier match de la journée : l’Allemagne master. C’est une équipe qui a perdu beaucoup de matchs avant nous, n’a pas trouvé son jeu. Leur objectif était donc de bien jouer sans regarder le résultat. Eh bien résultat des courses, elles se sont bien fait plaisir sur le terrain : elles nous ont donné du fil a retordre. Score final 10-6  pour les Chupa.

On finit donc 1ère de notre poule, ce qui nous assure, théoriquement, une demi-finale ‘facile’. On pense jouer contre la pologne, mais il s’avère qu’avec des triangulaires et goal average, on joue la demi-finale contre Jinx. Au fait, qu’est-ce qu’on vient de dire ? Demi-finale ?? Contrat rempli !! Maintenant il ne reste plus qu’à aller chercher la cerise sur le gâteau : la finale !!!

C’est une demi-finale assez simple et facile : victoire 12-3.

On joue donc la finale contre les Finlandaises. On les avait joué deux fois lors des championnats du monde sur sable, et elles ont deux victoires à leur compteur. A nous d’inverser la tendance ! On joue la finale sans nos deux jeunes, Mathilde, repartie la veille et Alexia, partie après la demi-finale. Assez rapidement on prend deux points d’avance. Les finlandaises font des erreurs, qui tournent assez facilement a notre avantage grâce a une attaque propre. Score final : 9-6 pour les Chupa. Première victoire sur sable, première victoire sur un tournoi international. Tout ça est de bon augure pour l’ECBU ? Mais chhhh…. Continuons de nous préparer pour le grand show.

Cette aventure n’aurait pas pu se faire sans :

Alexia, la patronne, qui prend du galon sur le terrain ;

Bidine, la reine des petits ronds;

Cécile, et ses slips hommes

Céline, qui accuse le monde entier d’avoir volé son disque, alors qu’elle l’a consciencieusement rangé dans son sac ;

Char, qui va rendre des copies ensablées à ses étudiants ;

Coco, « on a gagné, on va avoir un cadeau alors ?»

Doudouche, la clandestine, qui, après avoir oublié chez elle son passeport, a réussi à prendre l’avion avec une carte d’identité périmée (la légende dit qu’elle est restée en Allemagne) ;

Haude, qui voyage avec une clandestine, et perd son bagage entre Paris et Berlin (merci Air Chance) ;

Magali, la reine du sable, la reine du catch et sa main de glue ;

Marie-So, la Sharapova de l’ultimate ;

Mathilde, qui enchaine un accro-branche plus vite que son ombre, avant de prendre le bus pour rentrer chez elle ;

Maud, qui a été nous chercher des bonnes longues

Prisce, qui a les “corones” de nous lacher un upside de la dernière chance depuis le milieu du terrain…  !!

Rasta, les accro-branches, c’est pas fait pour les boulis !

Et François, qui, si ça continue comme ça, va finir sur la paille a force de nous payer des coups pour fêter nos victoires.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s